Menu Société

Fermer Société

Fermer Congrès

Fermer Presse

Fermer FMC

Fermer Revues

Fermer Liens

Fermer Grand Public

Fermer U.I.M.E.

Fermer Partenaires

Infos du Jour

  Cher(e) collègue et ami(e),

 

C’est avec beaucoup de plaisir que nous vous annonçons le

16ème Congrès de la SAME

le 23-24 novembre 2017

Calendrier Congrès
Connexion...
 Liste des membres Membres : 295

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 8

Total visites Total visites: 0  
Recherche



news.gifNews

DR MOHAMED OUGHANEM, PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DE MÉDECINE - ESTHÉTIQUE (SAME) :
«On espère que la médecine esthétique sera enseignée dans les universités algériennes»

Le Soir d'Algérie : Qu’est-ce que la médecine esthétique ?
Dr Mohamed Oughanem : La médecine esthétique (ME) est une discipline médicale assez récente dont l’objectif est la prévention, l’amélioration et/ou la correction des aspects inesthétiques. Ces derniers peuvent être la conséquence du vieillissement physiologique ou bien secondaires à des états pathologiques : cicatrices d’acné, brûlure… La ME n’a aucune prétention d’arrêter le cours du temps mais peut retarder, et de plus en plus, les signes visibles du vieillissement.

Qu’est-ce qu’elle apporte de plus que la chirurgie esthétique ?
La chirurgie esthétique, comme la ME, intervient sur des sujets sains pour des motifs jugés inesthétiques par le patient. La différence, c’est que la chirurgie se pratique en clinique, sous anesthésie générale, avec une éviction sociale assez longue et une rançon cicatricielle parfois lourde. Alors que les actes de ME se font au cabinet du médecin, le plus souvent sans anesthésie, sans éviction sociale et sans cicatrices. Mais il est clair que les indications sont tout à fait différentes.

Justement, pouvez-vous nous détailler les actes pratiqués par chaque méthode ?
En ce qui concerne la ME, on peut citer les peelings chimiques, le photorajeunissement (laser, lampes flash, radio-fréquence), comblement des rides avec de l’acide hyaluronique, effacement des rides d’expression avec la toxine botulique, la mésothérapie esthétique, greffe de cheveux, effacement des rougeurs (télangiectasies) du visage avec le laser, lampes flash, épilation progressivement définitive. Quant à la chirurgie esthétique, on peut citer la liposuccion (aspiration de l’excès de graisse), la rhinoplastie (intervention sur le nez), la blépharoplastie (intervention sur les paupières), les liftings et la chirurgie mammaire.

Quels sont les critères requis pour être médecin esthétique ?
Un médecin esthétique, en plus de son doctorat en médecine, doit suivre une formation spécialisée de qualité, contrôlée et validée en médecine esthétique. Cette formation sera la garante de la bonne pratique de cet exercice médical et évitera les dérives inhérentes à l’incompétence. Malheureusement, cette nouvelle discipline n’est pas encore enseignée dans les universités algériennes. On espère qu'elle le sera un jour.

Des formations sont proposées avec des placards publicitaires dans la presse, quel est votre avis ?
Seules les formations faites et/ou parrainées par l’université sont qualifiantes et diplômantes. La SAME, en tant que société savante, agréée et affiliée à l’Union internationale de médecine esthétique (UIME), active dans le domaine de la formation médicale continue en organisant des congrès scientifiques, des séminaires, des cours et des ateliers pratiques. Par contre, les formations «sauvages», organisées «à la sauvette », dans un but purement lucratif, sont répréhensibles à plus d’un titre car de qualité médiocre et par conséquent dangereuses. D’ailleurs, le Conseil de l’Ordre des médecins ne cesse de dénoncer tous les types de dépassements et d’exercice illégal de la médecine en Algérie.

Quels types de patients font appel à vos services ?
Il est clair que la gent féminine est de loin la grande consommatrice de soins à visée esthétique. Les hommes sont demandeurs essentiellement d’épilation au laser (dos, poitrine) et de la greffe de cheveux. Par contre, toutes les catégories sociales et professionnelles sont acquises à la ME, de la femme au foyer à la femme d’affaires. Quant à l’âge des patients, il va de l’adolescent au senior, avec un pic à partir de la quarantaine.

Pouvez-vous nous parler de votre association et de son activité sur le terrain ?
La Société algérienne de médecine esthétique (SAME) est une société savante. Elle est multidisciplinaire, composée majoritairement par des dermatologistes mais également par des omnipraticiens, chirurgiens, laséristes, endocrinologues, gynécologues, ORL… C’est une société savante ouverte sur l’universel. Elle est membre de l’Union internationale de médecine esthétique, en rapport direct donc avec 27 sociétés de médecine esthétique, sur les quatre continents. Depuis sa création en 2003, elle a déjà organisé 5 congrès nationaux et le sixième est prévu pour le 29-30 octobre 2008, à Alger. Les programmes peuvent être visualisés sur le site de la SAME : www.same-dz.com. Les champs d’application de la SAME s’étendent statutairement à la cosmétologie et la dermo-cosmétologie, la dermatologie esthétique, la médecine anti-âge, aux lasers médicaux dermatologiques, la phlébologie esthétique, la mésothérapie, l’esthétique, l’endocrinologie, la nutrition, la pharmacologie, la chirurgie dermatologique et en collaboration avec les plasticiens, à la chirurgie esthétique. Comme vous pouvez le constater, la SAME est ouverte à tous les médecins spécialistes ou non, qui, dans leur pratique quotidienne, en cabinet privé, en clinique ou en service hospitalier, proposent à leurs patients des soins ou des traitements, destinés à améliorer l’aspect esthétique.

Propos recueillis par F. H.

^ Haut ^