Menu Société

Fermer Société

Fermer Congrès

Fermer Presse

Fermer FMC

Fermer Revues

Fermer Liens

Fermer Grand Public

Fermer U.I.M.E.

Fermer Partenaires

Infos du Jour

  Cher(e) collègue et ami(e),

 

C’est avec beaucoup de plaisir que nous vous annonçons le

16ème Congrès de la SAME

le 23-24 novembre 2017

Calendrier Congrès
Connexion...
 Liste des membres Membres : 295

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonymes en ligne :  Anonymes en ligne : 7

Total visites Total visites: 0  
Recherche



news.gifNews

chirur_est.jpg «Nous sommes en retard par rapport à ce qui se fait actuellement dans plusieurs pays arabes.» Tel est le constat du Dr Oughanem.



La chirurgie esthétique, en Algérie, avance à petits pas ; elle ne suit pas l’évolution qui se fait de par le monde. Cependant, elle a conquis certains domaines, tel celui de la chirurgie maxillo-faciale. De l’avis des spécialistes pourtant, le corps médical devrait se pencher sur cette spécialité afin de parer à toutes incidences sur la santé des citoyens désirant se refaire une beauté ou se débarrasser d’un défaut.
Ailleurs dans le monde, c'est une spécialité qui s'est tellement banalisée que certaines personnes ont subi des dizaines d’opérations successives.
C'est autour de cette question et d'autres, concernant le même thème, que s'est articulé, il y a quelques jours, le 4e congrès annuel de chirurgie esthétique organisé par la Société algérienne de médecine et de chirurgie esthétique et ce, en présence de plusieurs spécialistes de renommée internationale venus de France, d’Italie, de Belgique.
De nombreux spécialistes en dermatologie algériens étaient présents, afin d’actualiser leurs connaissances.
Le docteur Oughanem, intervenant lors d’un point de presse, a relaté les circonstances de l’apparition de cette spécialité en Algérie.
Pour lui, «cette spécialité est en retard par rapport à ce qui se fait actuellement dans plusieurs pays arabes». Tout en promettant de beaux jours pour l’évolution de cette spécialité, il a affirmé que «la minorité qui la pratique en Algérie manque de moyens et d'outils». «Les médecins s’approvisionnent lors de leurs déplacements privés internationaux», a-t-il tenu à ajouter.
Pour sa part, le docteur Bendisari a souligné qu’«en Algérie, la médecine esthétique a toujours existé, mais de façon sporadique» ; tout en indiquant que les choses ont évolué depuis la dernière décennie. Concernant la demande publique, ce professeur ne cache pas que toutes les catégories sont concernées. «Bien que la gent féminine soit beaucoup plus intéressée par l’évolution de la médecine esthétique, les hommes ne sont pas en reste.» Il précise, aussi, qu’en Algérie des tabous, relatifs à la culture, bloquent, relativement, l’évolution de cette spécialité. De son côté, le professeur Bartoletti, venu d’Italie, président de l’Union internationale de médecine esthétique, a rappelé qu' «il y a de cela 30 ans cette pratique médicale était réservée, exclusivement, aux riches et artistes renommés. Mais les choses ont évolué depuis ; de nos jours, la chirurgie esthétique est accessible et demandée par tout le monde, même les femmes au foyer, en Italie».


Interview pour le Journal Dziriya

^ Haut ^